Projet cinéma

>Le premier projet de l'association «  On dit quoi?Educ'Pop'  » s'est déroulé en 2013 dans la province du centre au Cameroun, à Likongué, petit village enclavé à une vingtaine de km de Makak, Il s'y tient tous les ans une semaine culturelle et sportive organisée par une association de jeunes. Grâce à notre projet et au Cinéma Numérique Ambulant, les habitants ont pu assister à la projection en plein-air de Bal Poussière de Henri Dikongué Pipa. Une dizaine de jeunes ont participé à un atelier de réalisation d’un court métrage. Quant aux enfants, ils sont allés à la recherche des sons du village pour réaliser une petite création sonore qui peut s'écouter ici.
De retour en France, nous avons rencontré des élèves afin de partager avec eux cette expérience au Cameroun.
Nous souhaitons continuer dans les années à venir à mener des projets autour du cinéma au Cameroun, en particulier avec l'école que nous soutenons à Makak.


>De l'importance du cinéma en Afrique (cliquer sur ce titre pour dérouler le texte)
De l’éducation au cinéma dans un pays d’Afrique?
Pour quoi faire? Ne faut-il pas d’abord s’occuper d’apporter une aide alimentaire, ou alors faire de l’éducation à la santé?
Face à l’omniprésence des images dans les sociétés contemporaines africaines et convaincus du rôle de l’art et la culture dans la construction de chaque être humain, nous pensons que l’éducation au cinéma a toute sa place au Cameroun.
Dès lors, comment d’y prendre? Comment faire en sorte que les camerounais s’intéressent un peu plus au cinéma et en particulier aux oeuvres africaines?
Il existe déjà quelques initiatives notables au Cameroun comme le festival “Ecrans Noirs” ou encore le “Cinéma Numérique Ambulant” qui apportent un travail considérable.
Quelques aides soutiennent la création audiovisuelle en Afrique ou des écoles de cinéma…Et c’est une bonne chose. Création, diffusion, sensibilisation, tout est lié. Moins nombreuses cependant sont les actions qui s’intéressent à la réception des films.
Notre initiative se situe plutôt du côté de l’éducation populaire: éveiller l’intérêt pour le cinéma, donner la possibilité à un large public de faire des expériences artistiques et par là favoriser l’épanouissement et la construction de l’esprit critique. Dans nos projets, le “voir” et le “faire”, la diffusion et la pratique s’entremêlent. Ainsi, des ateliers pour réaliser collectivement des courts métrages sont proposés. L’ école constitue un cadre essentiel pour susciter l’intérêt pour le cinéma. Mais nous souhaitons nous adresser aussi à des adultes, en les impliquant par exemple dans l’organisation d’une soirée cinéma et les mettant dans la position de “programmateur” du film.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire